Contact presse :

VinciCom - Christelle ROIGNANT - christelle@vincicom.com - 06 83 81 61 61 - 02 97 29 07 74

Communiqués

MAI/JUIN 2017 / Nestadio Capital : succès des investissements en amorçage dans les startups

Introduction en bourse de Valbiotis qui développe des alicaments en particulier pour prévenir le développement du diabète de type 2, levées spectaculaires (jusqu’à 11M€) des startups déjà investies comme Akeneo (PIM), Zenpark (places de parking partagées) ou Mobility Tech Green (solution logicielle d’auto-partage d’entreprises), la stratégie de Nestadio Capital  d’investir en early stage dans les startups des biotech, clean tech et NTIC s’avère créatrice de valeur.  La « secret sauce » ? Miser sur une équipe fiable, un projet réaliste et réellement innovant, s’appuyer sur un réseau de co-investisseurs et parfois savoir apporter des coups de pouces déterminants…

 

 

Entré au capital de Valbiotis il y a un an, Nestadio Capital soutient l’actuelle introduction sur Alternext de la startup spécialisée dans les alicaments d’origine végétale. Une ascension fulgurante : créée en 2014 à La Rochelle, Valbiotis a levé au total 4,6 millions auprès de Poitou-Charentes Innovation, Nestadio Capital et Sofimac Partners et vise aujourd’hui une augmentation de capital de 10 M€ pour accélérer la mise sur le marché de sa solution nutritionnelle pour prévenir le diabète de type 2.  « Dans le cas de Valbiotis, nous avions un marché de prévention du diabète gigantesque de 38 milliards d'euros, rien que pour l'Europe et les Etats-Unis, des partenariats scientifiques solides et un délai de mise sur le marché plus court que pour un médicament, c’est ce qui nous a décidé à investir, précise Florent de Kersauson, président de Nestadio Capital, société de gestion indépendante créée en 2005.

 

Au départ, spécialisée dans l’investissement dans les PME régionales, Nestadio Capital est aussi devenue réputée pour le succès de ses investissements dans les startups telles Mobilily Tech Green. « Nous sommes entrés au capital de cette PME rennaise qui venait de créer le service d’auto-partage Rennais City’Roul et finalisait le développement d’une solution logicielle optimisant de 30 % la gestion de leur flotte de véhicules. A partir de là, soit l’entreprise dupliquait le modèle d’auto-partage dans d’autres villes de France, soit elle se concentrait sur la commercialisation de sa solution auprès des parcs automobiles d’entreprises. Nous les avons poussé vers cette option et avons soutenu ce virage stratégique ; le processus a été long, mais s’avère au final un succès » détaille Florent de Kersauson.  D’ici 3 ans, la startup va déployer sur plus de 10 000 véhicules sa solution, déjà utilisée par Orange, Zencar, Ineo (GDF Suez), Assystem, Nantes Métropole, etc.  Pour accélérer sa commercialisation en Belgique, Suisse, Royaume-Uni et en Italie, elle vient de lever 5 M€ auprès de la Financière Fonds Privés.

 

Dans la foulée de l’auto-partage, l’investissement dans  Zenpark devenu premier réseau de parkings partagés en France était évident. « Nous savions que le marché de la mobilité partagée était  mûr et avons investi 1,6 million d’euros conjointement avec Demeter Partners et Pole Capital dans  Zenpark en 2015 ». Un an plus tard, la startup enregistrait 20% de réservations en plus chaque mois et a levé 6,1 millions d'euros auprès de MAIF Avenir pour se développer dans toutes les grandes villes de France.

 

 

Avec Kima Ventures, Nestadio Capital a été parmi les premiers Fonds en France à se lancer dans l’investissement de startups en amorçage. Le principe est d’investir des tickets de 150 K€ environ, toujours en co-investissement pour mutualiser les risques, le sourcing et l’analyse de dossiers. « Parmi nos premiers investissements avec Kima Ventures, il y a Akeneo une startup nantaise qui a conçu un PIM (Product Information Management) permettant de gérer tous les catalogues produits des différents réseaux de vente (site de vente en ligne, agrégateur de sites, VPC, boutique physique…), explique Florent de Kersauson. Fin 2013, dix mois après la création de la startup, nous avons conjointement investi 350 K€ avec Kima Ventures. Aujourd’hui Akeneo vient de lever 11 millions d’euros auprès de Partech Ventures et de Alven Capital, affiche 200% de croissance par an et compte 70 salariés en France, Allemagne, US, etc. »

Télécharger
CP seed capital NC.pdf
Document Adobe Acrobat 730.7 KB

MAI 2017 / 300 000 € d’investissement pour PebsCo Bretagne après augmentation de capital réalisée avec Nestadio Capital et Force29 (Crédit Agricole Finistère)

 

BREST le 22 mai 2017: PebsCo Bretagne qui exploite le Data Center Hermine basé à Brest vient de réaliser une augmentation de capital auprès de son actionnaire historique Nestadio Capital et de Force29 (Crédit Agricole Finistère) qui entre au tour de table.  Cette opération va permettre au Data Center de la pointe bretonne d’investir jusqu’à 300 000 € dans ses infrastructures pour diminuer de 30 à 40% les coûts de bande passante de ses clients. Déjà équipé d’une climatisation naturelle permettant aux entreprises hébergées de diviser par deux leurs consommations d’énergie, le Data Center ouvert en novembre 2015 permet aux institutions et entreprises locales de maitriser leurs systèmes d’information en toute indépendance quant au choix de prestataire informatique ou d’opérateur télécom. Au total PebsCo Bretagne a réalisé 2,4 M€ d’investissement dans ce Data Center à la pointe de la technologie.

 

PebsCo Bretagne, qui exploite le Data Center Hermine à Brest ouvert depuis novembre 2015, vient de réaliser une augmentation de capital auprès de son actionnaire historique Nestadio Capital et de Force 29 (Crédit Agricole Finistère) qui entre au tour de table.

 

Cette opération en capital va permettre à l’opérateur du Data Centre de la pointe bretonne d’investir 300 K€ dans ses infrastructures dont une plateforme d’interconnexion pour proposer des accès très haut débit sécurisés et redondés à ses clients. En s’appuyant sur ce principe de mutualisation, les coûts de la bande passante seront diminués de 30 à 40%.

 

De plus, en utilisant l’air extérieur plutôt que la climatisation pour refroidir les machines hébergées, les clients réalisent déjà d’importantes économies sur leur consommation électrique de l’ordre de 50% par rapport à une solution internalisée.

 

« Dès la conception d’Hermine, nous avons été attentifs à la qualité des infrastructures dans une démarche Green IT et avons mis au point une technologie free cooling avec confinement d’air en cold corridor qui optimise l’utilisation des climatiseurs », précisent Aymeric de Villeneuve et Thierry Pélabon co-fondateurs de PebsCo Bretagne.

 

Jouant la carte de la proximité et de l’éco-responsabilité, la neutralité du data centre garantit aux clients leur indépendance quant au choix de leurs prestataires ou opérateurs télécom. Installé zone de Kergonan à Brest, Hermine DC, 100% breton, accueille les infrastructures informatiques des entreprises, collectivités et de ses partenaires dans des conditions optimales de sécurité et de fonctionnement, tout en préservant leur indépendance.

 

Palliant un déficit de solutions d’hébergement en colocation sur le Finistère et plus largement sur l’Ouest breton, Hermine DC a au total investi 2,4 M€ pour accompagner les entreprises dans leur transformation numérique.

 

« Avec seulement 8% de leur infrastructure informatique externalisé au regard de la moyenne nationale qui se situe à 20%, les entreprises locales ont pris du retard. Hermine DC répond aux besoins croissants des entreprises et collectivités bretonnes en matière d’hébergement sécurisé de leurs données sensibles dont le volume double tous les 6 mois, expliquent Aymeric de Villeneuve et Thierry Pélabon ».

 

 

« Aujourd’hui l’offre d’hébergement et de télécom de PebsCo Bretagne est en avance par rapport  à celle que l’on peut trouver sur les métropoles comme Rennes ou Nantes avec en plus l’avantage de la proximité. »


MAI 2017 / 1ère levée de fonds : 600 000 € d’investissement pour eOdyn dont la technologie d’analyse est la seule au monde à mesurer les courants de surface des océans en temps réel à l’échelle globale

 

BREST, 16 mai 2017. Spécialisée en océanographie opérationnelle et analyse de données massives, eOdyn bénéficie de 600 k€ d’investissement après le succès de sa première levée de fonds de 300 k€, réalisée auprès de Nestadio Capital et de Force29 (Crédit Agricole Finistère). La startup a développé un algorithme permettant de calculer les courants de surface à partir des données de géolocalisation AIS (Automatic Identification System) transmises par les navires.  Une technologie de rupture qui n’est pas sans rappeler l’apport de l’IRM en  matière d’imagerie médicale : « rendre visible, l’invisible ». Cette innovation technique ouvre de nombreuses perspectives pour le sauvetage en mer, l’analyse du climat,  mais aussi pour réaliser des économies d’énergies en optimisant la route des navires.... L’Ifremer, l’ESA (European Space Agency), CMA-CGM ou Airbus Defence and Space sont d’ores et déjà clients ou partenaires.

 

Experte en océanographie opérationnelle et fouille de données massives, eOdyn est aujourd’hui la seule société au monde capable de fournir à ses clients des données de courant marins de surface en temps-réel à l’échelle d’un bassin océanique.

La technique innovante mise en œuvre peut à certains égards être comparée à l’IRM dans le domaine de l’imagerie médicale et l’analyse des flux sanguins, rendant pour la première fois la circulation océanique visible  et quantifiable sur toutes les mers du globe simultanément… 

 

Grâce au développement de l’e-Navigation, eOdyn reçoit sur ses serveurs et traite en temps réel des données AIS émises par les navires, et peut s’appuyer sur un réseau de collecte d’information international constitué de récepteurs  et d’antennes installés le long des côtes ou de satellites évoluant en orbites basses.

 

L’étude du mouvement des navires et de leurs trajectoires permet de calculer avec précision en haute résolution « la dynamique océanique 2.0 », qui fournit par analyse numérique des données sur la circulation de surface des océans des zones où elle est souvent méconnue.

 

« Les courants de surface sont méconnus. Ils circulent de manière permanente au sein des océans et répartissent sur la planète la chaleur emmagasinée par les masses d'eau. Les données que fournit eOdyn enrichissent la connaissance sur les courants et permettront de mieux cerner certains mécanismes liés au réchauffement climatique. C’est une véritable révolution numérique basée sur le big data maritime » souligne Yann Guichoux fondateur d’eOdyn et ingénieur spécialisé  en traitement de l’information et en télédétection Appliquée à la sécurité maritime et au suivi des navires.

 

Transport maritime, industrie offshore, lutte anti-pollution, sauvetage en mer… des données de courants très convoitées

 

Le procédé d’analyse de données massives exploité par eOdyn a fait l’objet d’une demande de brevet dès 2013. Cet algorithme permet de fournir des données ouvrant de nouvelles perspectives dans de nombreux domaines et secteurs économiques et notamment pour : 

 

- l’optimisation de la route des navires et l’exploitation de courants porteurs pour réduire leur facture énergétique et leurs émissions polluantes (1 tonne de fuel consommée équivaut à 3 tonnes de C02 émises dans l’atmosphère)

- la réduction des risques opérationnels lors d’opérations offshore (les courants marins peuvent provoquer des incidents synonymes de retards de production et de pollutions accidentelles).

- la fourniture de données fiables indispensables à la recherche sur l’évolution du climat pour par exemple apporter des réponses à des questions comme : « le Gulf Stream ralentit-il ? », « si oui, à quelle vitesse ? »,

- l’analyse réaliste de la dérive d’un homme à la mer lors d’une opération de recherche et de sauvetage et la réduction des délais d’intervention.

 

eOdyn prévoit de mettre en ligne très prochainement une plateforme d’observation temps-réel des courants dans le canal de Sicile, librement accessible.

 

La levée de fonds réalisée auprès de Nestadio Capital et de Force29 (Crédit Agricole Finistère) va permettre à la startup de développer ces applications, de finaliser sa plateforme de commercialisation de données de courant et de proposer de nouveaux services de mesure du vent et de houle en temps-réel. La startup brestoise a déjà réalisé des études à l’aide de ses données pour le compte de l’Ifremer, l’ESA (European Space Agency) ou Airbus Defence and Space et devrait prochainement collaborer avec des sociétés travaillant dans les domaines pétrolier et gazier.  eOdyn a été soutenue depuis sa création par le technopôle Brest-Iroise, la région Bretagne ainsi que l’incubateur Télécom Bretagne /IMT Atlantique de Brest et va pouvoir participer aux programmes du Village By CA qui vient de s’installer aux Capucins à Brest.

 

www.e-odyn.com

 

Télécharger
CP e-Odyn levee de fonds - mai 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 4.5 MB

AVRIL 2017 / #Cloudgaming : 2,4 M€ d’investissement pour Blacknut, « le Netflix du jeu vidéo »

RENNES, le 12 avril 2017. La startup Blacknut vient de bénéficier de 2,4 M€ de financement à l’issue de sa première levée de fonds souscrite auprès de GO CAPITAL, de Nestadio Capital et de Business Angels entrés via une campagne de crowdfunding sur GwenneG. Boostée par la récente pénétration du très haut débit et la montée en puissance du cloud, Blacknut lance une plateforme de jeux vidéo en streaming multi-écrans sans console, sur TV, ordinateur, tablette et smartphone. Créée par le serial entrepreneur Olivier Avaro (Orange, Streamezzo, Amdocs), la startup vise le très grand public et va proposer des centaines de titres, accessibles par abonnement. Pour accompagner son lancement sur le marché français, le « Netflix du jeu vidéo » vient de lever 1,6 M€ auprès d’investisseurs et bénéficie au total de 2,4M€ de financement pour son lancement pré-commercial auprès de bêta-testeurs en juin 2017 et sa commercialisation en fin d’année. Blacknut envisage ensuite un déploiement rapide de son offre en Europe, aux Etats-Unis et au Canada.

 

A l’instar de Netflix pour les séries TV ou de Spotify pour la musique, Blacknut veut rendre l’univers du jeu vidéo accessible en streaming et sans console sur TV, tablette, ordinateur et smartphone. Une prouesse technique enfin rendue possible grâce à une couverture de plus en plus importante en très haut-débit, à la montée en puissance du cloud et à la technologie développée par Blacknut permettant de rendre disponibles tous les jeux vidéo sur l’ensemble des supports d’écrans.

 

Créée en janvier 2016, Blacknut va distribuer des jeux vidéo à la demande et se veut bien plus qu’une boutique de contenu grâce à son approche éditorialisée et à son moteur de recommandation permettant la personnalisation du catalogue pour chaque usager, à chaque moment de jeu. « Blacknut veut offrir à ses utilisateurs un accès facilité à tous les jeux vidéo, pour en profiter sans limite et à un prix abordable » revendique le sérial entrepreneur et CEO de Blacknut, Olivier Avaro. L’ingénieur spécialiste du codage audio et vidéo, passé par Orange et Deutsche Telekom, a déjà créé plusieurs startups, dont Streamezzo qu’il a cédée à l’israélien Amdocs. Avec Eric Bustarret, CTO de Blacknut (Niji, NewLC, Mitsubishi Telecom) et l’équipe de R&D rennaise mise en place en un temps record, il a créé un outil de cloudgaming ultra performant, offrant une qualité d’expérience inédite : fluidité du jeu, temps de réponse très faible, accès sur tous les supports.

 

Tous les voyants pour le marché du « cloudgaming » étant au vert, Blacknut est en phase de pré-lancement avec des beta-testeurs et vise une commercialisation vers le grand public à la fin de l’année. Elle se fera en direct via les TV connectées ou à travers l’offre jeu des opérateurs de réseaux pour un abonnement multi-écrans à moins de 20 € par mois.

 

« Nous ne visons pas les usages du jeu dit « hardcore », caractérisés par une pratique intense et focalisés sur un nombre de titres limité. En revenant aux racines du jeu, nous parlons à un public plus large, intéressé par une pratique ouverte et curieuse de ce média. Nous lui permettons d’accéder de manière simple et abordable à un vaste catalogue de titres de qualité, pour se divertir, découvrir, se challenger, se faire plaisir, s’élever … ou juste rêver» précise Olivier Avaro.

 

Le catalogue de Blacknut, actuellement d’environ 200 titres, est construit par Oscar Barda (Gaîté Lyrique, Conseiller au Ministère de la Culture, théoricien et spécialiste du jeu vidéo) et Nabil Laredj (G-Cluster, Electronic Arts, Gameloft). Ils apportent à Blacknut leur expertise dans le domaine du jeu et enrichissent quotidiennement le catalogue de titres nouveaux. Les rockstars des studios indépendants (Might & Delight, Toxic Games, The Sidekicks) comme les acteurs historiques (Codemasters, Milestone) ont déjà rejoint Blacknut avec enthousiasme et ont contribué à allonger la liste des titres disponibles sur la plateforme. Elle comprend maintenant aussi bien des jeux cultes (Another World, Les Cités d'Or), que des blockbusters (Toybox Turbo, Sherlock Holmes, Blaze Blue), des pépites poétiques (Shelter, The Bridge, Tengami) aussi bien que des aventures excitantes (Furi, Anarcute, Bombing Bastards).

 

En s’adressant au grand public et non pas exclusivement aux « gamers », les opportunités de développement sont prometteuses : plus de la moitié de la population joue et Blacknut vise environ 500 000 abonnés à 5 ans. Un chiffre ultra raisonnable au regard du potentiel de développement du « cloudgaming », dont le marché en Europe de l’Ouest est estimé à 440 M€ en 2017. Grâce à cette première levée de fonds d’1,6 M€ souscrite auprès de GO CAPITAL, Nestadio Capital et des business angels ayant participé à la campagne de financement participatif de la plateforme Gwenneg, Blacknut va bénéficier d’une capacité de financement totale de 2,4 M€  pour le lancement de son offre grand public fin 2017. Dès 2018, Blacknut envisage une deuxième levée de fonds pour se déployer rapidement en Europe, aux Etats-Unis et au Canada.

 

www.blacknut.com

Télécharger
CP Blacknut - Avril 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 630.3 KB

FEVRIER 2017 / Nestadio Capital et Finistère Angels entrent au tour de table de la startup brestoise Coaching Sport et Santé qui lance le 1er « médicament numérique »

 

Nestadio Capital et « Finistère Angels » viennent de prendre 13 % du capital de la startup C2S (Coaching Sport et Santé) fondée par le docteur Yannick Guillodo avec l'appui d’autres médecins et spécialistes du sport dont l’ancien footballeur professionnel Paul Le Guen.  Leur crédo ? Agir contre la sédentarité, 4e facteur de risque de mortalité bien avant l’obésité selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) en développant Bouge un programme de coaching sur smartphone, dont l’efficacité a été validée scientifiquement. La startup s’apprête à lancer le programme Bouge + de 50 ans, avant de développer des programmes spécifiques pour lutter contre des pathologies telles que le diabète, l’arthrose, l’hypertension…

 

« Bougez, vous êtes conçus pour ! » : derrière cette devise de la startup C2S, le médecin du sport Yannick Guillodo, ancien médecin d’équipes de football professionnelles (club de Ligue 1, équipe nationale du Cameroun lors de la Coupe du Monde 2010…), médecin fédéral pour la FFF et la FFGym, accompagné de l’ex footballeur du PSG Paul Le Guen, de confrères cardiologues, rhumatologues, traumatologues du sport, etc. Ensemble, ils ont créé Bouge, premier programme médical d’accompagnement personnalisé par smartphone porté par des scientifiques.

 

A la fois ordonnance à grande échelle et suivi personnalisé

Le programme Bouge compile les bons gestes santé pour tous (10 000 pas/jour, 30 mn d’activité physique quotidienne, etc.), tout en offrant un suivi personnalisé, adapté à l’utilisateur selon son âge, sa morphologie, sa pathologie, etc.

Pendant 12 semaines, grâce à un algorithme très précis, l’application enregistre les données sur le smartphone de l’utilisateur, en différenciant les pas « marchés » des pas « bougés » pour coacher l’utilisateur au quotidien : encouragement à marcher, propositions d’exercices physiques, musculaires et cérébraux, rappels en cas d’absence de mouvement pendant plus de 2 h (hors sommeil)… « 12 semaines, c’est la durée minimum de traitement pour qu’un changement de comportement soit efficace sur le long terme » rappelle le docteur Guillodo.

 

Efficacité scientifiquement prouvée

Basé sur l’encouragement, le suivi personnel et la proposition de défis,  Bouge est à ce jour l’un des premiers programmes numériques dont l’efficacité a été prouvée scientifiquement. A l’échelle de 300 personnes, il révèle des résultats probants avec 70 % d’observance au bout de 12 semaines contre 50% en moyenne pour les traitements médicaux de long terme selon l’OMS, et 37% de réussite des utilisateurs ayant suivi le programme : ils ont  atteint l’objectif d’augmenter leur activité physique quotidienne de 3 000 pas contre 0% pour le placebo constitué d’une application mobile dotée d’un simple podomètre. 

 

Combattre la sédentarité avec les NTIC

A l’origine de Bouge, le constat que la sédentarité tue plus que l’obésité. Médicalement la sédentarité se traduit par une augmentation des niveaux d’inflammation et de stress oxydant stagnant dans l’organisme et favorisant de nombreuses maladies (AVC, cancers, hypertension, infarctus, arthrose, diabète…). « C’est un véritable tsunami sociétal, car la sédentarité concerne 80 % des Français entre 18 et 64 ans. Tout nous pousse aujourd’hui à rester assis ! Nous sommes face à une vague géante dont nous ne percevons pas le danger pour le moment. Lorsque la vague s’abattra sur nous, les dégâts personnels, sociétaux et économiques seront énormes…» précise le docteur Yannick Guillodo.

 

D’ores et déjà, on sait qu’une personne sédentaire et inactive génère 250 € de dépenses de santé supplémentaires par an, une source d’économie non négligeable pour les assurances et mutuelles qui s’intéressent à une distribution grande échelle à leurs assurés.

 

Bouge + de 50 ans, Bouge grossesse, Bouge diabète…

L’application BOUGE est téléchargeable en ligne au prix de 19,90 € (versions Androïd et Iphone). La première version commercialisée, Bouge + de 50 ans, préconise des exercices musculaires et cérébraux adaptés.

Afin d’accompagner le développement des autres versions (dédiées aux femmes enceintes, aux personnes touchées par l’hypertension, le diabète, etc.), le fonds d’investissement breton Nestadio Capital et l’association de business angels « Finistère Angels » viennent de souscrire à une augmentation de capital en entrant au tour de table de la startup.

 

www.bouge-coaching.com

 

 

Télécharger
CP NESTADIO FINISTERE ANGELS- participat
Document Adobe Acrobat 753.7 KB

SEPTEMBRE 2016 / La startup bretonne Visiofair lève 1  M€ pour accélérer le développement commercial de Watcheezy, sa solution de "click to chat" prédictif

Watcheezy est une solution Saas innovante de « Click to chat » prédictif  identifiant en temps réel et de manière sélective les prospects sur un site Internet.  Elle permet aux sites de e-commerce d’augmenter de 30% leur panier moyen. Les fenêtres de « chat » déclenchées opportunément pour guider et conseiller les e-shoppers aux moments clés de leur navigation, convertissent 40% des chats en achats. L’objectif de cette 2e levée de fonds réalisée auprès de Breizh Up, Nestadio Capital, Breizh Angels et la BPI est de doper le développement commercial de Watcheezy en France et à l’international. Watcheezy a déjà  séduit plus de 150 clients, dont Nuxe, Kaufman & Broad, BNP Paribas, GDF Suez, La Maison du Convertible, Culture Vélo, Bitdefender, Ville de Paris, Groupe Cobredia, Groupe Bodemer ou Fitnext d’Erwann Menthéour.

 

Watcheezy solution intelligente de “chat” pour e­commerçants, offre un ciblage comportemental intuitif très complet permettant aux sites de e-commerce d’interagir sur le processus d’achat en connectant leurs forces de vente aux visiteurs hésitants avant d’acheter.

Mise au point par la startup bretonne Visiofair créée en 2011 par Erwan Minier, la solution mixe l’exploitation des données de navigation des visiteurs (pages visitées, temps passé sur le site, nombre de pages vues, clics vers le panier,…), celles en provenance du CRM et leur historique de commandes en ligne, pour déclencher le « chat » d’aide à l’achat.  La personnalisation des filtres comportementaux est simple et intuitive : ils déclenchent le « click to chat » instantanément via un système de fenêtres offrant conseils et renseignements aux moments opportuns. La communication peut se faire soit par chat, soit par téléphone au moyen d’un système de rappel automatique gratuit pour l’internaute.

 

« L’idée est de guider les e-shoppers à des moments clés de leur navigation, sans être intrusif. En ayant accès en temps réel à leurs données de navigation, le conseiller virtuel peut apporter un support rapide et personnalisé. Guidé au bon moment, l’internaute en confiance finalisera plus facilement ses achats » résume Erwan Minier, CEO de Watcheezy.

 

Hausse du taux de conversion de 30 %

Grâce aux filtres prédéfinis et aux informations collectées, l’e-commerçant non seulement maîtrise de nouveau la relation-client en ligne, mais voit aussi son taux de conversion croître de 30 %.

L’e-client, rassuré et conseillé par les informations pratiques et personnalisées via les fenêtres de « chat » finalise plus aisément sa commande : 40 % des chats sont convertis en achat.

 

A l’occasion de cette nouvelle levée de fonds d’un montant de 1 M€, les investisseurs historiques Nestadio Capital et Breizh Angels ont renouvelé leur confiance à Visiofair et la société accueille à son tour de table le fonds de co-investissement de la région Bretagne Breizh Up. Bpifrance a également apporté son soutien à cette opération.

 

Depuis le démarrage de Visiofair, le total des fonds levés dépasse les 2,2 millions d’euros. Cette nouvelle levée marque le lancement d’une nouvelle phase de croissance et tout particulièrement du développement commercial en France et à l’international de Watcheezy.

 

Télécharger
CP Watcheezy (Visiofair) - sept 2016.pdf
Document Adobe Acrobat 647.4 KB

AVRIL 2016 / Campagne ISF PME : le FIP NESTADIO CONVICTION mixe l’investissement dans les PME des secteurs traditionnels et des nouvelles technologies

L’investissement dans le FIP Nestadio Conviction de Nestadio Capital permet aux particuliers de déduire 45% de leur souscription de l’ISF à régler dans quelques semaines. Ce Fonds va investir dans les PME régionales de Bretagne, Pays-de-la-Loire, Centre et Ile-de-France. Pour offrir un investissement équilibré, il va prendre des participations dans des PME traditionnelles en développement pour la sécuriser le Fonds et dans des PME innovantes des NTIC pour rechercher de la valeur. Ce FIP agréé en 2015 n'est pas soumis aux nouvelles règles plus restrictives issues de la Loi de Finance Rectificative.

 

Un Fonds unique éligible à la réduction ISF

- Soit une réduction ISF de 45% du montant investi (hors droits d’entrée, dans la limite d’une réduction de 18000 € annuels par foyer fiscal)

- 0% d'impôt sur les plus-values et revenus éventuellement perçus (hors prélèvements sociaux) lors de la liquidation du Fonds.

- La part investie au capital de PME est déduite de calcul de l'assiette ISF durant toute la durée de l'investissement.

 

FIP Nestadio Conviction : un mécanisme d’investissement mixte, ciblant à la fois l’économie régionale traditionnelle et des NTIC

Investissement mixte. Pour accélérer la croissance des PME investies, le FIP Nestadio Conviction a pour objectif d’investir :

-  plus de 40% en actions de PME non cotées de la Bretagne à la région parisienne

- entre 10 et 60% de son actif en obligations convertibles en actions de PME, pour générer des rendements récurrents.

- le solde du Fonds est investi en OPCVM actions/obligations, monétaire, etc.

 

Diversification sectorielle. L’objectif du FIP Nestadio Conviction est d’investir dans des entreprises non cotées de Bretagne, Pays-de-la-Loire, Centre et Ile-de-France ayant un projet solide de développement. Pour éviter l’impact d’une baisse d’un secteur sur l’ensemble du portefeuille, Nestadio Capital mise sur la diversification des secteurs d’activité des PME investies : secteurs économiques traditionnels, des innovations technologiques industrielles et des NTIC. La société de gestion mise sur les grandes tendances économiques : évolution démographique, croissance d’Internet, du cloud computing, des e-services…, mais aussi transition énergétique et accroissement de la demande en services.

 

Caractéristiques du FIP Nestadio Conviction :

•      Dépositaire : RBC Investor Services Bank

•      Valeur d’une part : 500 €

•      Ticket d’entrée minimum : 500 €

•      Durée de vie du Fonds : 6 ans (prorogeable deux fois 18 mois)

•      Frais d’entrée / Frais de gestion annuels : TFAM 4,72% (TTC)

•      Type d’investissement : capital amorçage, capital développement et capital risque

•      Investissement en actions de PME : 40% du Fonds

•      Intérêts annuels potentiels : 10 à 60 % de l’actif du Fonds est investi en obligations convertibles en actions de PME.

Télécharger
CP FIP NESTADIO CONVICTION ISF 2016.pdf
Document Adobe Acrobat 110.2 KB

MARS 2016 / Cyber sécurité : la startup Difenso disposant d’une solution inédite de chiffrement des données dans le Cloud, boucle une 1ère levée de fonds de 500 k€

Seul opérateur européen de sécurisation des données dans le Cloud, Difenso vient de lever 500 K€ auprès d’investisseurs dont Nestadio Capital. Présidée par Eric Stefanello, ingénieur de l’Armement‚ ancien directeur de grands programmes stratégiques militaires à la DGA puis directeur du business development du groupe EADS/Airbus‚ la startup a pour vocation de chiffrer les données depuis le poste de l’usager jusqu’au sein du service en ligne utilisé. Ainsi, les données ne se promènent plus sans contrôle dans les différents services Cloud comme actuellement. La solution repose sur des clés de chiffrement uniques, générées aléatoirement pour crypter les données et/ou fichiers. Ces clés étant réparties entre le portail Difenso et le client, les données deviennent totalement inviolables : seul le client peut les déchiffrer. La certification des solutions de Difenso par l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information) est en cours. La levée de fonds est destinée à accélérer la commercialisation sur la France et l’Europe des premières solutions de sécurisation Cloud des Messageries & des logiciels de la Relation Client (CRM).

 

Fruit de trois ans de recherches, Difenso a développé une solution répondant au besoin de sécurité des données dans le Cloud et de mise en conformité des entreprises avec les différentes réglementations européennes en matière de protection des données.

 

Actuellement lorsqu’une entreprise utilise par exemple, un logiciel en mode SaaS[1] dans le Cloud, ses données partent dans des environnements qu’elle ne maitrise plus du tout. « Cela pose de multiples problèmes de confidentialité et de sécurité notamment avec les entreprises américaines, toutes soumises au Patriot Act ; les données clients ou fournisseurs, même hébergées en Europe, peuvent à tout moment être fournies à l’administration américaine », précise Eric Stefanello, spécialiste de cyberdéfense au sein de la DGA, puis d’Airbus avant de co-fonder Difenso.

 

En interceptant à la volée les données pour les chiffrer individuellement, Difenso protège totalement son client : l’éditeur SaaS ne peut plus lire les données qu’il héberge. Ces données étant chiffrées et signées, chaque transaction historisée est légalement opposable aux tiers. Les clés de chiffrement/déchiffrement étant dérivées d’une clé « maîtresse » propriété du client, ce dernier est le seul à pouvoir déchiffrer ses données, de plus Difenso ne stocke aucune donnée manipulée (i.e. chiffrée ou déchiffrée).

 

Jusqu’ici il n’existait que des solutions américaines ou israéliennes de protection des données dans le Cloud. Difenso est aujourd’hui la seule solution européenne et va bientôt être certifiée dans chacun des pays d’Europe, le processus ayant déjà débuté en France sous le contrôle de l’ANSSI.

 

Dans le domaine du chiffrement de mails, Difenso offre ainsi une solution de protection d’Outlook pour Office 365 et de Gmail.  Cette protection  s’intègre au système d’information des grands groupes en s’appuyant sur un Module de Sécurité Hardware (HSM) certifié. Les PME et les particuliers vont quant à eux accéder à ces services de chiffrement d’e-mail via le Portail Sécurisé Difenso dès le mois de mai prochain.

 

Sur le même principe, Difenso a développé une solution de sécurisation pour les logiciels de la relation client (CRM) de type Salesforce. Ainsi, les entreprises réticentes à les utiliser ou n’ayant pas le droit de confier leurs données à des opérateurs soumis au Patriot Act peuvent bénéficier de ces outils de façon sécurisée.

 

Grâce à son portail, Difenso va permettre aux entreprises d’ouvrir leur système d’information en toute sécurité et en conformité avec les contraintes légales et réglementaires. Elles pourront utiliser les meilleurs outils ou services SaaS en transférant une partie de leurs obligations en matière de protection des données sur Difenso.

 

A terme les services publiés par Difenso vont offrir toute une palette de solutions :

 

- Le stockage, maîtrisé géographiquement, de données anonymisées et/ou chiffrées à la volée. Ceci pour répondre aux contraintes légales,

- La maîtrise du cycle de vie de la donnée garantissant son intégrité au travers des flux empruntés via des zones de stockage temporaires ou finales en les scellant par le biais de certificats émis par des autorités reconnues,

- La gestion d’e-mails sécurisés par distribution à la volée de clés privées ne permettant le déchiffrement du contenu que par les destinataires identifiés et connectés,

- Le partage de documents (Word, Excel, Powerpoint) sécurisés et chiffrés confinés dans des environnements contrôlés et isolés pour des populations clairement identifiées,

- La publication d’offres partenaires n’offrant pas nativement des services sécurisés ou résidant dans des zones soumises au Patriot Act (SalesForce, Amazon, Google, Office365, Careerlink, Cornerstone, ou tout autre logiciel en mode SaaS…),

- Des services financiers ou d’assurances crédit développés à la demande et opérés pour le compte de sociétés d’affacturage ou de réassurance,

- Des solutions décisionnelles de la relation client (Consolidation Big-Data) par le management de la donnée sensible via un entrepôt de donnée sécurisé,

- Des solutions d’anonymisation de fichiers comportant des données sensibles ou DCP (Données à Caractère Personnel), soit à des fins de protection, soit à des fins de traitement dans le cadre de consolidation Big-Data.

 

Plus d’information :  www.difenso.com



[1] SaaS : Software as a Service – logiciel en ligne


MARS 2016 / Greenspector, solution inédite d’éco-conception de logiciels, boucle sa première levée de fonds auprès de Nestadio Capital

Langages informatiques gourmands, multiplication des lignes de codes, logiciels surdimensionnés… la consommation énergétique du numérique croît en permanence. Produit unique sur un marché mondial en émergence, GREENSPECTOR est une solution destinée aux développeurs pour réduire leur impact énergétique. Il cible le gaspillage dès le codage des logiciels grâce à un audit statique (détection des mauvaises pratiques) couplé à une sonde de mesure dynamique (consommation d’énergie en temps réel). Testée par des grands comptes tels Orange, la SNCF, La Poste ou Atos, la solution entre en phase de commercialisation, soutenue par l’augmentation de capital de 300 000 € auprès de Nestadio Capital.

 

« L’Internet consommera autant d’électricité en 2030 que toute l’humanité en 2008 » résume Thierry Leboucq, président fondateur de la startup nantaise GREENSPECTOR, spécialisée dans l’éco-conception de logiciels. Dans un monde virtuel où les ressources ne sont pourtant pas inépuisables, applications et fonctionnalités continuent à se développer à l’infini. Pour optimiser les besoins en ressources des logiciels, l’outil GREENSPECTOR permet aux développeurs de contrôler et de réduire les besoins en énergie à la source, lors de l’écriture du code informatique. La commercialisation du logiciel a démarré fin 2015.

 

Alléger le poids des logiciels grâce au « code vert »

GREENSPECTOR agit à la source, dès le codage d’un nouveau projet de développement mais également sur des logiciels existants. La solution s’intègre parfaitement dans le processus d’ingénierie logicielle en venant se greffer sur les outils des développeurs. GREENSPECTOR permet :

- La détection des mauvaises pratiques dans le code source, sur la base d’un référentiel de 150 règles d’efficience énergétique ;

- La mesure dynamique de la consommation de ressources via des sondes de mesure ;

- La proposition de corrections et leur priorisation en fonction des objectifs à atteindre par le développeur ;

 

Applications directes : du gain d’autonomie des mobiles au coût des datacenters

 Datacenters en surchauffe. Face à la hausse des prix des ressources énergétiques primaires, les solutions numériques demandent toujours plus d’énergie et font petit à petit exploser les coûts d’exploitation… Les entreprises du numérique -et en première ligne les datacenters- font face « à une croissance exponentielle des besoins amenés par les logiciels » chiffrés en milliards de kWh.

 

Autonomie des appareils mobiles. Smartphones, tablettes, objets connectés… gagneraient en autonomie si les besoins énergétiques des logiciels baissaient. « Pour un de nos clients, nous avons réussi à faire passer l’autonomie d’un smartphone de 4 h à 11 h de batterie » se félicite Olivier Philippot, CTO associé de GREENSPECTOR. Un argument de vente pour les fabricants d’appareils mobiles et les développeurs de logiciels, porté par la tendance de l’ultra miniaturisation des appareils…

 

25 à 90 % de ressources énergétiques gagnées. Les premières études de cas concrets ont montré que l’application des principes d’éco-conception permettait de gagner :

- 25 % à 70 % de consommation d’énergie sur une application native mobile ;

- 30 % du nombre de machines physiques dans un datacenter, ce qui amène un retour sur investissement rapide pour l’exploitant ;

- ou encore 90 % de consommation des ressources informatiques (client et serveur) sur un simple « carrousel d’image » sur un site Internet.

 

Un marché mondial à créer

Créée en 2010, la startup nantaise réalise un chiffre d’affaire de 210 k€, spécialisée dans les missions de conseils et formation en RSE et Green IT auprès de l’ADEME, Nantes Métropole, CGI France, le Ministère de la Culture et de la Communication… Pendant 5 ans, elle a financé sur fonds propres sa R&D sur l’éco-conception en participant à plusieurs projets de recherche nationaux et européens sur l’efficience logicielle.

 

Soutenue par le Fonds d’investissement breton Nestadio Capital à hauteur de 300 000 €, GREENSPECTOR amorce un virage stratégique en 2016 et lance la commercialisation de sa solution d’éco-conception des logiciels, s’adressant en priorité aux entreprises de services du numérique, aux acteurs de l’industrie du mobile et de l’objet connecté, ainsi qu’aux grands comptes qui achètent et produisent du logiciel à façon.

 

« A ce jour sans concurrent direct, GREENSPECTOR est l’unique éditeur au monde à proposer une offre complète alliant outils statiques et dynamiques, dans un marché émergent sur lequel les grands acteurs mondiaux tels Intel, HP ou Microsoft commencent à se positionner », note Thomas Corvaisier, Directeur général et en charge du développement commercial.

 

Les perspectives : doubler les effectifs (7 personnes fin 2015) et dépasser le million d’euros de chiffre d’affaire d’ici 2 ans, pour se développer rapidement sur le marché international à l’horizon 2018.

 

Télécharger
CP Greenspector - Nestadio Capital.pdf
Document Adobe Acrobat 618.4 KB

FEVRIER 2016 / Scubaland, plus grande structure d'Europe dédiée aux activités sous-marines, s'allie à Nestadio Capital pour augmenter ses parts de marché à l'export

BREST, le 8 février 2016. Véritable institution dans le monde de la plongée sous-marine, Scubaland à Brest aligne depuis plus de 30 ans les plus belles références clients, particuliers comme professionnels, des plongeurs loisirs à l'Ifremer en passant par les administrations ou les entreprises de travaux sous marins. Réalisant déjà 50% de son CA via ses sites de vente en ligne, la PME dirigée par Véronique et Dominique Soriot envisage de passer rapidement la part de son CA à l'export de 15 à 30 %. Engagé dans une stratégie de création de sites nationaux dans différents pays d'Europe, Scubaland ouvre en ce moment un site au Portugal et en prépare un autre en Espagne. Pour soutenir son développement à l'export, Scubaland vient de faire entrer le Fonds d'Investissement breton Nestadio Capital à son tour de table.

 

 Revendeur spécialisé dans les matériels de plongée, de chasse sous-marine, natation, nage avec palmes, triathlon, randonnée aquatique, photo et vidéo sous-marine…, Scubaland est installée depuis près de 30 ans sur le port de commerce de Brest. Elle y dispose d'un bassin avec fosse où le matériel peut être testé, et héberge un club de plongée. La PME bretonne qui réalise 2 M€ pour 11 salariés est aujourd'hui l'un des leaders en France de la vente de matériel de plongée. « Avec nos 1600 m2, nous sommes même la plus grande surface consacrée à ces activités en Europe, s'amuse Dominique Soriot. Nous sommes un géant, mais dans un micromarché très spécialisé », précise-t-il.

 

La force de Scubaland ? Avoir développé un professionnalisme à toute épreuve pour sa clientèle, quelle soit en BtoC ou BtoB. « Quelle que soit la demande, nous nous débrouillons pour trouver une solution, quitte à expédier à l'autre bout du monde en urgence un produit ou une pièce essentielle pour poursuivre un chantier sous-marin ou ne pas gâcher un voyage plongée ».

 

A l'occasion de sa reprise en 2010, la PME brestoise a misé sur une notoriété déjà bien établie pour continuer à développer la vente en ligne sur la France comme à l'export. « Notre site anglais nous permet certes de prendre des commandes en Angleterre mais aussi en Asie, en Océanie... Mais pour l'Europe, nous avons pris le parti de développer différents sites nationaux pour respecter les clauses d'exclusivité des différentes marques », expliquent les dirigeants. 

 

Une stratégie gagnante puisque l'entreprise réalise aujourd'hui déjà 15% de son CA à l'export grâce aux sites anglais, allemand et italien, tout en étant aujourd'hui l'un des leaders en France de la vente de matériel de plongée. Pour soutenir ce développement de sites de vente en ligne, Scubaland vient de faire entrer Nestadio Capital à son tour de table : une opération par augmentation de capital d'un premier montant de 300 000 € qui va permettre de lancer dans les prochaines semaines deux nouveaux sites de vente en ligne dédiés aux marchés portugais puis espagnol.

 

Sites internet :

www.scubaland.fr
www.scubaland.co.uk
www.scubaland-sub.it

www.scubaland-tauchen.de

Télécharger
CP Scubaland- Nestadio.pdf
Document Adobe Acrobat 569.0 KB

DECEMBRE 2015/ E-commerce : la startup SteerFox de Pierre Gaudet (ex Kelkoo) lève 1,2 million d’eurosauprès de Nestadio Capital, de PACA investissement et du Crédit Agricole Alpes Provence

AIX-EN-PROVENCE, 15 décembre 2015.  SteerFox, première solution d’achat de trafic automatisé pour les sites de e-commerce vient de lever 1,2M€ auprès de Nestadio Capital, de PACA investissement* et du Crédit Agricole Alpes Provence. Le robot d’achat développé par la startup du « serial entrepreneur » Pierre Gaudet se connecte à de multiples sources d’audience et détermine la combinaison optimale pour diriger des acheteurs actifs vers un site de e-commerce. La force de ce booster de ventes est de générer des campagnes automatiquement article par article, à partir du catalogue produits de l’e-commerçant. Simple et paramétrable en fonction du budget prédéfini, SteerFox s’adresse aux grands sites de e-commerce comme aux sites de petits producteurs ou de PME, mais aussi aux agences digitales et e-marketing via une version dédiée. La récente levée de fonds est destinée à accélérer la commercialisation de la solution.

 

Ancien COO de Kelkoo, de Yahoo Shopping et du spécialiste de marketing digital Lead Media group, Pierre Gaudet a fondé SteerFox en 2014, pour développer une plateforme SaaS manageant automatiquement les campagnes d’acquisition de leads des e-commerçants.

 

Innovation de rupture, la solution se connecte au catalogue produits de l’e-commerçant et en moins de deux minutes effectue un tri par catégories de produits, l’enrichit de codes de reconnaissance automatique de produits (Codes EAN…), analyse la concurrence (Adwords + Organic), effectue une reconnaissance automatique d’offres par traitement parallélisé et génère des annonces texte ou bannière, en quelques secondes.

 

« Nos robots se connectent à une multitude de sources d'audiences dont les comparateurs (Google Adwords, Google Shopping, Bing Ads, Amazon Product Ads, Facebook Product Ads…) pour gérer et optimiser en quelques secondes la mise en avant des produits en fonction d’un budget prédéfini et du back office des fournisseurs » explique Pierre Gaudet.

 

Pour booster les ventes des e-marchands en continu, SteerFox affine la génération de campagnes suivantes en fonction de l’évolution du catalogue et des performances des campagnes précédentes grâce à des algorithmes d’amélioration « machine learning ».

 

Extrêmement sophistiqué, mais simple à mettre en place, le pilotage automatique d’acquisition de trafic de SteerFox anciennement baptisé SMB Catalog, s’adresse à une typologie de clients très large :

 

- Les grands comptes, dont l’outil de création et de gestion automatique de campagnes dispose d’un service plus développé : suivi spécifique et individuel, mise en avant de séquencée de produits définis à l’avance, etc.

 

- Les petits et moyens e-commerçants qui peuvent limiter leurs coûts d’acquisition grâce à des modules dédiés développés pour différents partenaires (Prestashop, Pages Jaunes…)

 

- Les agences, pour lesquelles un outil spécifique avec back office de gestion multi-clients a été développé.

 

Cette première levée de fonds d’1,2M€ souscrite conjointement auprès de Nestadio Capital, de Paca Investissement* et du Crédit Agricole Alpes Provence, va permettre à la startup Aixoise d’intensifier la commercialisation de sa solution simultanément auprès de ces trois cibles.

 

* Paca Investissement est le fonds de co-investissement créé par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur avec le soutien financier de l’Europe (Feder)

www.steerfox.com

Télécharger
CP SteerFox - 15 decembre 2015.pdf
Document Adobe Acrobat 721.0 KB

DECEMBRE 2015 / En phase de pré-commercialisation, la startup B. Sensory -créateur du 1er sextoy connecté à une appli de lecture érotique- est attendue en janvier 2016 au CES de Las Vegas

B.Sensory, première application de lecture érotique connectée au Little Bird -sextoy « made in France » piloté par smartphone- a remporté en novembre le Blue Award Baby dans la catégorie « Produit Grand Public » décerné par HEC. Sa créatrice Christel Le Coq a été récompensée par le prix de chef d’entreprise prometteuse à la finale nationale des Trophées des Femmes de l’Economie. Outre-Atlantique, la startup a reçu à New-York en novembre un CES Innovation Award dans la catégorie « Wearable Technologies ». Distinction qui fait de B.Sensory l’une des 30 meilleures startups au niveau mondial. Son innovation (dont les premiers modèles seront livrés en France avant la Saint Valentin) est donc très attendue au CES de Las Vegas en janvier prochain.

 

B.Sensory, première application de lecture numérique sensorielle. Conjuguer le pouvoir des mots au potentiel des objets connectés, c’est l’idée de Christel Le Coq, fondatrice de la startup B.Sensory, qui a développé la 1ère application mondiale de lecture d’ebooks érotiques connectés. Le concept simple (« Lisez, vibrez ! »), propose aux femmes une nouvelle manière de lire et prendre du plaisir en solo ou en duo.

 

« Cette fois toutes les dimensions du désir sont prises en compte, l'imagination, les émotions, les sensations, précise la créatrice. Le but n'est pas de garantir de manière mécanique un orgasme en 30 secondes mais de s'adresser au premier organe sexuel qu’est le cerveau, en proposant une expérience de lecture connectée et ludique totalement nouvelle ».

 

Concrètement, au fil de l'histoire lue sur smartphone ou tablette, lors des passages les plus torrides, une simple secousse ou une caresse sur l'écran suffisent à déclencher les vibrations du Little Bird en fonction de l'intensité des mots.

 

Au-delà du Little Bird, B.Sensory a aussi la volonté d'innover sur le plan de l'édition, de la narration et travaille avec des auteurs qui écrivent des contenus originaux exploitant au maximum cette connexion insolite des mots et de l’objet.

 

Un concept multi-primé en France. Après avoir participé à la BFM Académie en mai dernier, B.Sensory a reçu un Blue Award Baby dans la catégorie « produit grand public ». A l’initiative de HEC, les Blue Award récompensent 8 entreprises françaises qui ont réussi à créer leur « océan bleu », soit un produit s’adressant à un marché jusqu’alors inexploré et donc vierge de toute concurrence. Trois jours plus tard, Christel Le Coq, créatrice de B.Sensory, a été primée « chef d’entreprise prometteuse » catégorie bronze à la finale nationale des Trophées des Femmes de l’Economie.

 

Déjà récompensée aux US. Présente au CES Unveiled à Paris le 21 octobre, B-Sensory a été récompensée par le CES Innovation Award dans la catégorie « Wearable Technologies » à New-York le 10 novembre dernier. Cette distinction fait de B.Sensory l’une des 30 meilleures startups au monde, et va mettre permettre au premier sextoy connecté d’être sous les feux de la rampe en janvier prochain aux CES de Las Vegas.

 

Une offre inédite pensée pour l’international. B.Sensory répond à 3 tendances fortes: le succès de la romance érotique, la démocratisation des sextoys et le boom annoncé des objets connectés. « Le marché de l'érotisme est toujours précurseur en termes d'adoption de nouvelles technologies et de création de nouveaux usages, rappelle Christel Le Coq. Minitel, Internet, VHS, VOD... Nous pensons que cela se vérifiera encore avec les objets connectés. Parallèlement, en 2020, le marché du sextoy pèsera 50 milliards de dollars, soit autant que celui du smartphone, ce serait dommage de ne pas chercher à se positionner sur ces marchés à fort potentiel ! Ce CES Innovation Award reçu à New York confirme notre analyse ».

 

La première étape de l’internationalisation de B.Sensory vient d’être bouclée avec Audible, filiale audio d’Amazon. Audible utilisera la plateforme de B.Sensory pour transformer ses fichiers et les rendre compatibles avec le Little Bird.

 

Février 2016 : premières livraisons en France. Une offre de nouvelles érotiques spécialement calibrées pour la lecture connectée ayant été déployée ces derniers mois, la livraison des premiers Little Birds est programmée pour la Saint Valentin. Il est pré-commercialisé au prix de 99 € sur le site de B.Sensory (jusqu’au 31 décembre 2015).

 

Christel Le Coq ayant choisi délibérément de produire en France pour miser sur la qualité, la pré-commande assure une meilleure visibilité sur les volumes à fabriquer pour optimiser les coûts de production.

 

« Nous avons sélectionné avec soin nos partenaires, précise Christel Le Coq. Ce sont tous des prestataires français connus et reconnus pour leur expertise : les cartes électroniques conçues à Lannion sont fabriquées à Brest et le plasturgiste est situé à côté de Lyon ».

 

Pour en savoir plus... Créée à Brest en novembre 2014, la société E.Sensory propose une plateforme IoT originale permettant de synchroniser contenus numériques (ebook, fichiers audio, vidéo...) et objets connectés. A terme, grâce aux vêtements connectés, les contenus pourront varier en fonction des données monitorées en temps réel (émotions, rythme cardiaque...). Si le premier service édité – B.Sensory - est dédié à la littérature érotique connectée, d’autres projets sont en cours, notamment le développement d’une offre de lecture audio-sensorielle.

 

Membre de la Brest Tech+, E.Sensory est soutenue par le Fonds d’investissement breton Nestadio Capital, investissant entre autres dans les startups à potentiel mondial, mais aussi par la Technopole Brest-Iroise, la BPI (Bourse French Tech) et la région Bretagne (Aide au projet innovant). Après un premier tour de table réalisé en mars 2015, la startup prépare une nouvelle levée de fonds au premier trimestre 2016.

 

Télécharger
CP B Sensory- CES Las Vegas - dec 2015.p
Document Adobe Acrobat 765.8 KB

OCTOBRE 2015 / Nestadio Capital lance NESTADIO CONVICTION, FIP mixant l’investissement dans les PME des secteurs traditionnels et des nouvelles technologies

Nestadio Capital lance la commercialisation du FIP Nestadio Conviction qui va investir dans les PME régionales de Bretagne, Pays-de-la-Loire, Centre et Ile-de-France. Pour offrir un investissement équilibré, il cible à la fois les PME des secteurs traditionnels et innovants des NTIC. Ce nouveau produit de la société de gestion bretonne créée par Florent de Kersauson permet aux souscripteurs de réduire leur impôt sur le revenu à régler en 2016 : jusqu’à 18% du montant investi à condition de souscrire avant le 31 décembre 2015.


Un Fonds unique éligible à la réduction IRPP

- Soit une réduction IRPP : 18% du montant investi (hors droits d’entrée, dans la limite d’une réduction de 2 160 € annuels pour un célibataire et de 4320 € annuels pour un couple soumis à une imposition commune)

- A la sortie, une exonération d’impôt sur le revenu sur les plus-values éventuelles distribuées par le FIP (hors prélèvements sociaux).


FIP Nestadio Conviction : un mécanisme d’investissement mixte, ciblant à la fois l’économie régionale traditionnelle et des NTIC

Investissement mixte. Pour accélérer la croissance des PME investies, le FIP Nestadio Conviction a pour objectif d’investir :

-  à 40% minimum en actions de PME non cotées, de la Bretagne à la région parisienne

- entre 10 et 60% de son actif en obligations convertibles en actions de PME, pour générer des rendements récurrents.

- le solde du Fonds est investi en OPCVM actions/obligations, monétaire, etc.

 

Diversification sectorielle. L’objectif du FIP Nestadio Conviction est d’investir dans des entreprises non cotées de Bretagne, Pays-de-la-Loire, Centre et Ile-de-France ayant un projet solide de développement. Pour éviter l’impact d’une baisse d’un secteur sur l’ensemble du portefeuille, Nestadio Capital mise sur la diversification des secteurs d’activité des PME investies : secteurs économiques traditionnels, des innovations technologiques industrielles et des NTIC. La société de gestion mise sur les grandes tendances économiques : évolution démographique, croissance d’Internet, du cloud computing, des e-services…, mais aussi transition énergétique et accroissement de la demande en services.

 

Caractéristiques du FIP Nestadio Conviction :

•      Dépositaire : RBC Investor Services Bank

•      Valeur d’une part : 500 €

•      Ticket d’entrée minimum : 500 €

•      Date limite de souscription : 31 décembre 2015

•      Durée de vie du Fonds : 6 ans (prorogeable deux fois 18 mois)

•       Frais d’entrée / Frais de gestion annuels : TFAM 4,72% (TTC)

•      Type d’investissement : capital amorçage, capital développement et capital risque

•      Investissement  en actions de PME : 40% du Fonds

•      Intérêts annuels potentiels : 10 à 60 % de l’actif du Fonds est investi en obligations convertibles en actions de PME.

 

Télécharger
CP FIP NESTADIO CONVICTION 2015 .pdf
Document Adobe Acrobat 117.9 KB

SEPTEMBRE 2015 / Soutien aux entreprises bretonnes : la plateforme régionale de crowdfunding GwenneG noue un partenariat avec  le Fonds d’investissement breton Nestadio Capital

RENNES, le 07 septembre 2015. La nouvelle plateforme de crowdfunding régionale GwenneG (« petits sous » en breton) qui propose aux particuliers et aux professionnels de financer des projets sous forme de dons, prêts ou d’investissements en capital, s’allie à Nestadio Capital. Leur objectif commun étant de soutenir les initiatives économiques et l’emploi breton, GwenneG va ainsi étoffer son offre et permettre aux internautes de participer simplement au développement d’entreprises locales sélectionnées par les deux partenaires. A travers ce partenariat, le Fonds d’investissement breton qui soutient les projets des PME diversifie ses co-investissements en faisant appel au financement participatif.

 

La plateforme de crowdfunding 100% bretonne GwenneG créée à Rennes en juin dernier, permet à tous de contribuer au développement d’entreprises et de projets locaux via le financement participatif : « Notre portail www.gwenneg.bzh,  permet à partir de 5 €, de contribuer au développement de projets 100 % bretons » explique son fondateur, Karim Essemiani.

 

Etant l’une des premières plateformes françaises à proposer les trois formes de financement (don, prêt et investissement en capital), GwenneG engrange les partenariats avec les acteurs économiques régionaux : après Groupama Loire Bretagne elle vient de s’allier au fonds d’investissement Nestadio Capital. Détenant plus de 80 participations dans les PME régionales et les startups européennes, Nestadio Capital va pouvoir mettre en relation avec GwenneG les différentes entreprises en recherche de financement qu’il a identifiées et sélectionnées.

 

« Nestadio Capital va nous apporter une crédibilité et permettre à aux internautes de participer au financement d’entreprises identifiées par un professionnel du capital investissement breton » se félicite Karim Essemiani.

 

Pour financer ses participations au capital de PME en développement, Nestadio Capital lève des fonds auprès d’institutionnels ou de particuliers qui bénéficient  en échange de réductions fiscales. « La plupart du temps nous intervenons avec d’autres co-investisseurs, explique Bertrand Bégin, directeur général de Nestadio Capital. Grâce au crowdfunding, nous allons permettre aux particuliers et aux professionnels d’investir directement à nos côtés dans une PME près de chez eux ».

 

A propos de GwenneG

GwenneG (ou Petit sous en breton) répond à ce désir de proximité et permet à tous de soutenir les projets bretons que ce soit sous forme de don, de prêt ou d’investissement en capital. C’est une offre unique dans le secteur du financement participatif. Avec un objectif clé : soutenir le développement et l’emploi en Bretagne pour les générations futures.

La société GwenneG a été créée par Karim Essemiani en janvier 2015. Après plusieurs années à l’étranger  et au sein de Bretagne Commerce International, chargé de promouvoir l’attractivité de la Bretagne auprès des sociétés étrangères, Karim Essemiani a pu constater la difficulté croissante de financement d’entreprises bretonnes souhaitant se développer à l’étranger. Suite à un Master à HEC, il s’est spécialisé dans le financement participatif. A ce jour, la société emploie 5 personnes.

www.gwenneg.bzh

 

Télécharger
CP crowdfunding GwenneG - Nestadio.pdf
Document Adobe Acrobat 647.4 KB

MAI 2015 / Sécurité informatique : ITrust soutenu par Nestadio Capital et le Fonds Pyrénées Gascogne Développement pour accélérer la commercialisation US d’une solution de rupture sur le marché du ‘‘Security Analytics’’

TOULOUSE, LE 18 MAI 2015. Après avoir créé la solution IKare qui détecte les failles de sécurité des systèmes d’information, notamment de grands comptes comme Bull, la Caisse d’Epargne, Latécoère, le Ministère de l’Agriculture, Numergy, etc., ITrust lance REVEELIUM qui repère les virus et intrusions non détectés par les outils existants, à partir des anomalies de comportement du système. REVEELIUM, qui n’est pas soumise au Patriot Act US, a aussi séduit l’éditeur informatique américain Splunk. Pour amorcer son installation aux Etats-Unis, l’entreprise toulousaine d’une vingtaine de salariés bénéficie de 1 M € de financement auprès de Nestadio Capital et de ses actionnaires historiques, dont le Fonds Pyrénées Gascogne Développement.

 

Créée en 2007 par Jean-Nicolas Piotrowski à Toulouse, ITrust a démarré en constituant une équipe de hackers pour effectuer des missions de sécurité informatique. En 2012, elle valorise ce savoir-faire en commercialisant IKare, un logiciel qui scanne en permanence les systèmes pour détecter les failles et gérer la sécurité. Outil unique en son genre, il diminue la durée de l’audit d’un système tout en augmentant de 90% son niveau de sécurité et en offrant aux entreprises une autonomie dans la protection de leur système informatique. Cet avantage concurrentiel a permis en 2014 de conquérir 1030 nouveaux clients et de doubler le chiffre d’affaires pour atteindre 1,3 million d’euros de revenus. Chiffre qu’il est encore prévu de doubler en 2015. Outre de nombreuses PME et la plupart des réseaux bancaires, ITrust compte Total, Air France, Airbus, etc. parmi ses clients.

 

Après cinq ans d’études avec différents laboratoires, ITrust a lancé fin 2014 REVEELIUM un nouveau logiciel qui repère les virus en analysant le comportement du système d’information et non plus par leur signature. « Cela évite de répertorier tous les virus existant et pallie les risques d’attaques par des virus inconnus, précise Jean-Nicolas Piotrowski, président de ITrust. Cette nouvelle approche permet d’intervenir beaucoup plus tôt, seulement cinq sociétés dans le monde développent cela ! ».

 

L’efficacité de REVEELIUM est si probante que la startup a commencé à la déployer sur le marché américain. Elle a ouvert un bureau à San Francisco, envisage l’ouverture d’un bureau sur la côte Est des USA et est en train de nouer un partenariat de distribution avec l’éditeur américain Splunk  pour commercialiser la solution.

 

Pour accélérer la distribution internationale de REVEELIUM et l’implantation du deuxième bureau sur la côte Est des Etat-Unis, ITrust vient de bénéficier d’1 M d’€ de financement auprès Nestadio Capital et de ses actionnaires historiques, dont la Caisse Régionale de Crédit Agricole Pyrénées Gascogne au travers de sa filiale dédiée, Pyrénées Gascogne Développement.

 

www.itrust.fr

Télécharger
CP I TRUST - Nestadio Capital.pdf
Document Adobe Acrobat 134.6 KB

MAI 2015 / Solutions de management de Hotspots Wifi : Adipsys lève 700 000 € auprès de PACA Investissement, Fa Diese et Nestadio Capital

SOPHIA ANTIPOLIS, le 11 mai 2015. Créée en 2007 par des ingénieurs issus des Orange Labs, Adipsys fait entrer Nestadio Capital, Fa Diese et PACA Investissement à son tour de table. L’augmentation de capital de 700 000 € va soutenir la commercialisation en France et à l’étranger de la solution innovante Hotspot Manager, en mode 100% cloud, qui pilote, gère et supervise automatiquement les installations Hotspots WiFi via un accès web. La PME compte notamment Orange parmi ses clients.

 

Editrice de solutions logicielles pour plateforme de réseaux IP, Adipsys à l’origine spécialisée dans la gestion de réseaux d'entreprises, de Hotspots Wifi, machine-to-machine ou de gestion de l'énergie pour l'habitat, mise tout son développement sur sa nouvelle solution Hotspot Manager. 100% cloud, elle gère les réseaux Hotspots Wifi personnalisables, multi-bornes et multi-clients, pour sécuriser et monétiser l’usage du Wifi. L’innovation dispose d’atouts significatifs et très concurrentiels : simple, flexible, économique et compatible avec de nombreux fabricants de points d’accès Wifi et de contrôleurs.

 

« Notre plateforme de pilotage de Hotspots Wifi, représente une réelle une innovation technologique, pour tout type d’opérateur de réseau Wifi, du géant des télécom à l’agglomération en passant par les entreprises privées puisqu’elle les affranchit totalement des matériels (serveurs ou points d'accès) grâce à une offre packagée en mode cloud », précise François Bourdais, président fondateur d’Adipsys.

 

Généralement vendue en « marque blanche », la solution Hotspot Manager s’adresse aux opérateurs télécom traditionnels, aux « Pure Player » de Hotspots Wifi, intégrateurs de solutions Wifi, etc. Adipsys propose sa solution en offre hébergée SAAS ou sous forme de licence WISP. Des opérateurs tels que Orange, Adista ou Nomosphère ont déjà adopté cette licence WISP pour opérer leurs installations.

 

Ce marché affichant une croissance régulière et forte de plus de 35 % par an, Adipsys va accélérer sa commercialisation sur la France et à l’international, pour atteindre un objectif de 10 M€ de chiffre d'affaires d’ici cinq ans.

 

Pour accélérer la commercialisation de ses offres, la startup basée à Sophia Antipolis et Paris vient de boucler une levée de fonds auprès de PACA Investissement, Fa Dièse et Nestadio Capital qui entrent au tour de table. L’augmentation de capital de 700 000 € permet à la startup de 8 personnes d’envisager le recrutement de 4 à 5 personnes et le doublement dès cette année de son chiffre d'affaires.

 

« A l'heure où le nombre de HotsSpots -déjà plus de 50 millions dans le monde- est porté par une croissance annuelle à trois chiffres, il est absolument évident que de solides solutions d'administration, totalement affranchies du matériel, devront être mises en place pour assurer, aux opérateurs comme aux utilisateurs, la qualité et la sécurité de service que tous exigent à juste titre. C'est donc avec enthousiasme que nous accompagnerons l’équipe d’Adipsys dans cette aventure humaine et technologique passionnante », déclare Eric Peters, président de SOLUTYS Group, et représentant de Fa Diese au comité stratégique d’Adipsys.

 

www.adipsys.com

 

Conseils intervenus lors de l’opération :

Société Avocat d'Affaires Corporate : VENDOME LAW, Nicolas Mazzella

Levée de Fonds Conseil : CHAUSSON FINANCE, Marie Brayer

Conseil juridique investisseur : Cabinet EXEME, Pierre Gramage

 

Télécharger
CP Adypsis - Nestadio Capital 2015.pdf
Document Adobe Acrobat 266.6 KB

AVRIL 2015 / FIP et FCPI lancement de l’offre ISF PME 2015 Nestadio Capital dispose de deux Fonds et d’un mandat ISF investis dans les PME offrant une réduction ISF : jusqu’à 50% de sa souscription

Nestadio Capital lance Nestadio Mandat ISF 2015 permettant aux souscripteurs d’investir en direct dans un portefeuille de PME et de déduire jusqu’à 45000 € de l’ISF à régler avant l’été. En parallèle, la société de gestion commercialise deux Fonds investis à 90% dans les PME : le FIP Nestadio Cap 2014 spécialisé dans les PME régionales de Bretagne, Basse Normandie, Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes et le FCPI Nestadio Tech Fund 2014 prenant des participations dans de jeunes sociétés NTIC européennes à potentiel mondial. Tous deux permettent aux particuliers de déduire 45% de leur souscription de l’ISF à régler avant l’été 2014 et font gagner jusqu’à un an de durée de blocage par rapport au millésime 2015 des autres FIP et FCPI du marché.

 

Deux Fonds investis à 90% dans les PME

 

Pour accélérer la croissance des PME investies les Fonds Nestadio Cap 2014 et  Nestadio Tech Fund 2014 ont comme objectif d’investir :

-  à 40% minimum en actions de PME non cotées

- de 10 à  60% en obligations convertibles pour générer des rendements récurrents.

 

FIP Nestadio Cap 2014, l’investissement dans l’économie régionale

Placement de proximité dans les PME régionales, le FIP Nestadio Cap 2014 investit dans les entreprises de Bretagne, Basse Normandie, Pays-de-la-Loire et Poitou-Charentes des secteurs traditionnels (logistique, agro-alimentaire, cosmétiques…), innovations technologiques (téléassistance, multimédias, fibres optiques…) ou clean tech (produits phytosanitaires naturels,  auto-partage, voitures électriques…).

 

Entreprises ciblées : PME régionales en fort développement, stade de commercialisation de produits ou phase de transmission.

 

Les régions dynamiques de la Bretagne et de l’Ouest

Un rapport nombre de PME / nombre de fonds d’investissement très favorable.

La Bretagne véhicule une image de sérieux et de dynamisme économique.

De grands patrons d’industrie ayant un effet « locomotive » sur les entrepreneurs d’aujourd’hui.

Un territoire combinant les opportunités des secteurs traditionnels, des innovations technologiques industrielles et de la croissance durable.

 

Caractéristiques des FIP Nestadio Cap 2014

Dépositaire : RBC Investor Services Bank France

Valeur d’une part : 500 €

Ticket d’entrée minimum : 500 €

Date limite de souscription : 15 juin 2015

Durée de vie du Fonds :

Initiale : 6 ans (prorogeable deux fois 18 mois)

Actuelle : 5 ans (prorogeable deux fois 18 mois)

Frais d’entrée / Frais de gestion annuels : TFAM 4,72% (TTC)

Type d’investissement : capital amorçage, capital développement, capital transmission et capital risque

 Investissement dans les PME régionales : 90% du Fonds

Obligations convertibles avec versement d’intérêts annuels potentiels : 10 à 60% de l’actif du Fonds est investi en obligations convertibles en actions de PME.

 

Nestadio Tech Fund 2014, FCPI à thématique NTIC et seul FCPI bénéficiant d’un partenariat avec  Microsoft

Premier placement dédié aux entreprises innovantes et bénéficiant d’un partenariat unique avec Microsoft, le FCPI Nestadio Tech Fund 2014 investit prioritairement dans les jeunes pousses prometteuses déjà sélectionnées par Microsoft pour intégrer ses différents programmes mondiaux.

 

Entreprises ciblées : PME européennes développant des innovations à potentiel mondial.

 

Les startups bénéficient :

d’un accès gratuit aux innovations du géant mondial du logiciel

d’outils de promotion internationale de Microsoft,

d’un appui marketing et logistique national et international

accès au programme d’accélération Zgarage installé dans la Silicon Valley : son objectif est d’aider les startups du portefeuille à s’implanter aux Etats-Unis.

 

Caractéristiques du FCPI Nestadio Tech Fund 2014

Dépositaire : RBC Investor Services Bank France

Valeur d’une part : 500 €

Ticket d’entrée minimum : 500 €

Date limite de souscription : 15 juin 2015

Durée de vie du Fonds :

Initiale : 6 ans (prorogeable deux fois 18 mois)

Actuelle : 5 ans (prorogeable deux fois 18 mois)

 Frais d’entrée / Frais de gestion annuels : TFAM 4,72% (TTC)

Type d’investissement : capital amorçage, capital développement, capital transmission et capital risque

Investissement dans les PME innovantes : 60% du Fonds

Obligations convertibles avec versement d’intérêts annuels potentiels : 10 à 60 % de l’actif du Fonds est investi en obligations convertibles en actions de PME.

 

Nestadio Mandat ISF 2015

Pour permettre aux souscripteurs de bénéficier jusqu’à 45000 € de réduction ISF, la société de gestion lance un mandat ISF facilitant l’investissement en direct dans 3 à 8 PME matures de Bretagne et de l’ouest ayant un projet de croissance.

Le portefeuille de PME est diversifié en termes de secteurs : développement durable, industrie de pointe, santé/bien-être, produits et services et NTIC.

 

Caractéristiques de Nestadio Mandat ISF 2015 :

Type d’investissement : investissement en direct dans 3 à 8 PME identifiées en amont.

Ticket d’entrée minimum : 20 000 € (puis tranche de 1000 €)

Date limite de souscription : le 5/6/2015

Durée de blocage : 5,5 à 7 ans

Réduction d’impôt : 50% de l’investissement en réduction d’ISF (plafond de 45000 € par foyer fiscal).

Frais d’entrée : 5% TTC maximum

Frais de gestion directs ou indirects : 0%

Frais non récurrents liés aux acquisitions, suivi et cession : 0%.

Télécharger
CP - ISF 2015 - Nestadio Capital.pdf
Document Adobe Acrobat 189.5 KB

MARS 2015 / B.Sensory lance son « Little Bird », premier sextoy connecté à une application de lecture érotique en prévente sur une plateforme de crowdfunding 

Brest le 19 mars 2015. B.Sensory, startup brestoise créée par Christel Le Coq, lance la commercialisation de son « Little Bird », 1er sextoy connecté à une application de lectures érotiques sur la plateforme de Crowdfunding Indiegogo. Un projet « marrainé » par Françoise Rey, grande dame de la littérature érotique et mené en partenariat avec les éditeurs La Musardine, J’ai Lu et Livrior.


L’œil pétillant, Christel Le Coq fondatrice de la startup B.Sensory « pitche » son concept et son business plan comme personne et réussit à convaincre en deux temps trois mouvements investisseurs, maisons d’édition, auteurs, ingénieurs et labo de recherche. Le credo de cette geek dans l’âme ? « Créer une appli de lecture pour smartphone ou tablette en étant connecté physiquement à ses émotions littéraires ». En clair, conjuguer le pouvoir érotique des mots au potentiel des objets connectés pour proposer une nouvelle manière de lire et prendre du plaisir grâce à la 1ère application de lectures coquines connectée à un sextoy. 

 

Ex-dir marketing associée d’une start-up spécialisée dans les applications de réalité augmentée, elle sait de quoi elle parle. Pendant 5 ans, elle a travaillé sur les nouveaux usages mobiles, a repéré  l’intérêt des ponts entre le réel et le virtuel, sur la convergence des médias... Amatrice de lecture érotique, elle a édité en 2012 la première BD « coquine » animée de QR Codes permettant de voir ce qui se passe vraiment dans la tête des personnages. Sur sa lancée elle réfléchit ensuite à ce qui pourrait être imaginé dans ce domaine. Une rencontre avec la startup brestoise Cityzen Data qui travaille sur des projets autour de l’Internet des objets, fait tilt : créer un sextoy connecté à une appli de lecture érotique est tout à fait possible.


Lisez, vibrez !

« Par essence, la littérature érotique est celle qui déclenche le plus de réactions physiques. L’idée est d’aller plus loin dans le jeu et de procurer encore plus de sensations aux lectrices » précise Christel Le Coq.

B.Sensory milite pour la liberté du plaisir féminin et pour un plaisir mieux partagé. Elle n’a donc pas oubliéles partenaires de jeux qui pourront - après invitation dans l’application - envoyer des messages vibrants etpiloter à distance le Little Bird !

 

La première application de lecture numérique sensorielle permet de charger des ouvrages érotiques «enrichis» de balises qui déclenchent automatiquement, via une liaison Bluetooth avec le sextoy, différents types de vibrations en fonction de ce que les lectrices lisent

Cœur du service, la plateforme qui  permet de créer et  transformer des contenus texte pour les faire communiquer et interagir avec le Little Bird. Tout l’enjeu est de réunir des contenus qualitatifs et adaptables. Créée fin 2014, l’entreprise a déjà organisé un concours de nouvelles érotiques auprès d’auteurs et de lecteurs et noué des partenariats avec trois éditeurs de référence (La Musardine, J’ai Lu et Livrior) qui ont accepté d’ouvrir leurs catalogues et de travailler avec B.Sensory à la création de contenus inédits. Pour les auteurs, c’est aussi un nouveau défi : innover  et créer de nouveaux types d’ouvrages avec de nouvelles possibilités de scénarisation. http://www.b-sensory.com/testimonial/partners.html

 

Le projet a aussi séduit la grande dame de la littérature érotique Françoise Rey, très enthousiaste à l’idée d’en être la marraine. http://www.b-sensory.com/testimonial/francoise-rey.html

 

B.Sensory est un vrai projet industriel qui a fait le choix du made in France pour garantir la qualité du produit mais majore le coût des investissements de départ. « Le moule nécessaire à la fabrication du sextoy coûte deux fois plus cher en France qu’en Chine, ce n’est pas neutre ! ». D’où l’option de lancer une prévente sur une plateforme de crowdfunding afin de financer en partie les coûts de fabrication de la première série. Objectif : enregistrer 20 000 € de commandes avant le 16 avril, pour une livraison en novembre prochain.

Little Bird, comment ça marche ?

Téléchargeable gratuitement sur iPhone et Android, l’application B.Sensory permettra :

- d'acheter des ouvrages numériques «classiques» et/ou «vibrants »

- de les lire en mode « classique » ou connecté,- de noter, recommander ces livres,

- de piloter le sextoy (mode télécommande).

Plusieurs types d'ouvrages seront proposés dont des textes courts d’environ 15 000 signes (15/20 mn de lecture maximum).

 

La communication entre le smartphone et le sextoy s’effectue via une connexion Bluetooth Low Energie (BLE). Les sensations sont déclenchées :

- de manière manuelle (mode télécommande),

- de manière automatique après le lancement dans le livre d’une séquence audio, vidéo,...

- grâce à différentes sortes d’interactions avec le mobile (le secouer, souffler sur le micro, toucher l’écran selon une consigne précise pour faire apparaître le texte...),

- de manière automatique suite à différents jeux proposés au fil de la lecture (répondre à une énigme, choisir la suite d’une histoire parmi plusieurs proposées,...).

 

Little Bird, en bref

Imaginé par Thibault Schmittbulh, designer industriel installé à Lannion, le Little Bird est un œuf vibrant conçu pour des jeux en solo ou en duo. Son design original répond aux contraintes anatomiques (maximisation des sensations au niveau du point G) et techniques (communication application/objet inséré dans le corps).

Caractéristiques techniques :

- oeuf vibrant connecté par Bluetooth à l’application B.Sensory (iPhone, iPad, Android compatibles BLE)

- œuf « pilotable » à courtes et longues distances pour des jeux solo ou en duo

-10 modes de vibrations, moteur puissant et silencieux

- étanche, compatible avec des lubrifiants à base d’eau

- 1h30 d’autonomie, rechargement USB fabrication française en silicone médicale, sans phtalates

- dimension : 7 x 3,6 cm de diamètre, longueur totale 17 cm

prix en prévente jusqu’au 16 avril

110 €

https://www.indiegogo.com/projects/b-sensory-sextoy-connecte-aux-livres-erotiques/x/9983786

 

 

A propos de B.Sensory : Lancée fin 2014, B.Sensory est une startup de cinq personnes qui porte un vrai projet industriel multi compétences (design, ergonomie, plasturgie, électronique, informatique...). Basée à la technopole de Brest, elle est soutenue par des investisseurs bretons dont Mathias Herberts, pionnier du Big Data et co-fondateur de Cityzen , le Brestois Kwame Yamgnane, co-fondateur de l’Ecole 42 de Xavier Niel, et le Fonds d’investissement régional Nestadio-Capital.

Télécharger
CP B-Sensory - Nestadio Capital - mars 2
Document Adobe Acrobat 950.7 KB

FEVRIER 2015 / 1ère levée de fonds : Fizians, startup détenant une technologie inédite dans le stockage des données, fait entrer Nestadio Capital et Ouest Angels Développement à son capital

Nantes, le 10 février 2015. Fizians, dont la solution logicielle RozoFS accélère considérablement la vitesse d’accès aux données tout en diminuant de 65% les coûts de stockage, accueille à son 1er tour de table Nestadio Capital et Ouest Angel Développement dans le cadre d’un financement de 700 000 €. Cette augmentation de capital est destinée à soutenir le déploiement commercial de la solution RozoFS en Europe et en Amérique du Nord où une filiale vient de voir le jour. Le CNED, le regroupement de laboratoires CARMIN, Nantes Métropole et la société du PUY du FOU ont d’ores et déjà adopté cette nouvelle technologie.

 

Incubée par Atlanpole et hébergée par Polytech'Nantes, Fizians a mis au point et breveté une innovation à portée mondiale : une solution logicielle dédiée au stockage de données à partir des propriétés d’une transformée mathématiques, appelée code à effacement et issue d’un transfert de technologie des laboratoires de IRRCyN-CNRS (Institut de Recherche en Communications et Cybernétique – Centre National de la Recherche Scientifique).

 

Elle permet d’utiliser du matériel de stockage simple et évolutif en s’affranchissant des spécificités des équipementiers tout en diminuant par deux les coûts d’investissement matériel. La fiabilité du stockage est obtenue en dispachant les données sur plusieurs serveurs, sans avoir à les répliquer sur plusieurs disques. Dans une configuration de 6 serveurs par exemple, même en cas de panne de 2 serveurs sur les 6, la solution logicielle RozoFS restituera automatiquement les données manquantes.

 

Jusqu’ici les stockages distribués et extensibles qui avaient un besoin de performances résistaient aux pannes en faisant 3 copies de chaque donnée et en les distribuant sur plusieurs serveurs. RozoFS, grâce à son procédé innovant, non seulement évite la complexité et les coûts de cette réplication, mais offre de très hautes performances et rapidités d’accès en lecture/écriture aux données.

 

« Cette technologie logicielle permet de construire une architecture de stockage distribuée, fiable et évolutive de très haut de gamme, à partir de serveurs ordinaires, précise Pierre Evenou dirigeant fondateur. C’est la seule capable dans son domaine de faire profiter des avantages du code à effacement à 100% du spectre du stockage : des données dormantes jusqu’ aux données scientifiques ou multimédia nécessitant de très hautes performances. La solution RozoFS est compatible et adaptée avec les technologies flash ultra rapides qui constituent la nouvelle tendance du marché ».

 

Innovation de rupture, la solution RozoFS protégée par un brevet est déjà commercialisée en France, mais également en Allemagne où le distributeur-intégrateur CONCAT, l’un des leaders européens du stockage, vient de conclure un accord pour distribuer RozoFS auprès de ses clients grands comptes. Cette première levée de fonds est aussi destinée à accélérer la commercialisation de RozoFS aux US où Fizians vient de créer une filiale.

 

« La qualité scientifique des équipes de Fizians, son caractère international, l’agilité de la suite logicielle RozoFS et sa capacité à favoriser le développement exponentiel du marché des Datacenters et du Big Data, nous ont d’emblée séduit »  souligne Bertrand Bégin directeur général de Nestadio Capital.

 

À propos de Fizians. Créé en juillet 2010, Fizians est une startup de 7 personnes incubée par Atlanpole et hébergée par Polytech'Nantes.

http://www.rozofs.com/en


Télécharger
CP Fizians - Nestadio Capital 2015.pdf
Document Adobe Acrobat 153.3 KB

JANVIER 2015 / Kiwup (SimpleMail) lève 1,3 million d’euros auprès de Kima Ventures, Nestadio Capital et XAnge Private Equity

Kiwup, la start-up à l’origine de SimpleMail - la plateforme française d’email marketing qui permet de créer, délivrer et analyser facilement ses campagnes d’e-mailing- vient de boucler avec succès sa deuxième levée de fonds pour un montant de 1,3 million d’euros. Lancée en 2012, SimpleMail a déjà séduit plus de 7 000 entreprises grâce à ses puissantes fonctionnalités et aux envois illimités. La levée de fonds est destinée à financer la sortie dans les prochains mois de la V2 de SimpleMail qui a pour ambition de bousculer le marché en se positionnant comme la première solution d’email intelligence.

 

Pouvant déjà rivaliser avec les leaders de l’e-mailing, SimpleMail a été conçu spécifiquement pour les TPE/PME ne disposant pas de ressources marketing et techniques en interne. Les campagnes sont faciles à mettre en place et un support téléphonique est disponible pour assister les utilisateurs de manière personnalisée. Basé sur un business model différent, les tarifs sont accessibles car établis en fonction du nombre de destinataires insérés dans les mailing-lists et non du nombre d’e-mails envoyés. Les envois sont donc illimités pour tous les utilisateurs, y compris les comptes gratuits. Plus de 7000 entreprises, de Lagardère à Leclerc en passant par le Palais Omnisport de Paris Bercy, utilisent SimpleMail.

 

Après avoir levé 100 000 euros auprès de Kima Ventures, le fonds de Xavier Niel en octobre 2012, Kiwup vient de boucler un deuxième tour de table d’un montant de 1,3 million d’euros auprès de Nestadio Capital, XAnge Private Equity et complété par l’investisseur historique Kima Ventures.

Cette levée de fonds va notamment servir au développement puis au lancement de la nouvelle version de SimpleMail, prévu courant 2015.

 

« Chaque destinataire est unique donc chaque email doit l’être, explique Vincent Martinet, CEO de Kiwup. C’est pourquoi grâce à cette nouvelle version, SimpleMail va franchir une étape importante pour devenir la première solution d’email intelligence, basée sur des fonctionnalités innovantes, tout en restant accessible à n’importe quels types et tailles de sociétés. C’est le grand défi de cette nouvelle année ».

 

« Nous avons été séduits par  la croissance de Kiwup et par sa plateforme d’e-mailing offrant des services  habituellement réservés aux Grands Comptes » précise Bertrand Bégin, directeur associé chez Nestadio Capital

 

La start-up va également consolider son équipe de onze personnes en recrutant des profils techniques pour soutenir le développement de sa nouvelle version et des profils commerciaux et marketing pour s’imposer comme leader de l’email intelligence.

Dès à présent, SimpleMail vient de dévoiler son nouveau site (www.simple-mail.fr) et sa nouvelle grille tarifaire qui fait évoluer le compte gratuit : il passe de 250 à 1000 destinataires, toujours avec des envois illimités. Tous les comptes payants actuels de moins de 1000 contacts deviendront entièrement gratuits à partir du 1er février 2015.

 

Télécharger
CP Kiwup NESTADIO CAPITAL.pdf
Document Adobe Acrobat 160.1 KB

NOVEMBRE 2014 / OUAT Entertainment (jeux féminins sur Facebook et tablettes) lève 250 000 € auprès de Kima Ventures et de Nestadio Capital

OUAT Entertainment vient de lever conjointement 250K€ auprès de son investisseur historique Nestadio Capital, et de Kima Ventures le Fonds d’investissement de Xavier Niel et de Jerémie Berrebi, qui fait son entrée au capital de la PME basée à Angoulême. L’objectif de OUAT Entertainment, l’un des leaders européens de jeux féminins sur Facebook et sur tablettes, est de lancer son hit Facebook Voyage to Fantasy (plus d’1,7 M d’inscrits) sur tablettes dès décembre 2014.

 

Spécialisé dans la production et l’édition de jeux féminins, OUAT Entertainment crée et édite des jeux casual et sociaux sur Facebook.

L’entreprise de 15 personnes produit des jeux basés sur des propriétés audiovisuelles (Plus belle la vie, Totally Spies, Kirikou, Les Incollables, …), mais aussi ses propres créations telles que Voyage to Fantasy, ou la série Miss Teri Tale (3 titres), Pure Hidden ou encore Kompany!

Son nouveau jeu « Voyage to Fantasy » est déjà un succès sur Facebook avec plus de 1,7M d’inscrits (environ 100.000 joueurs quotidiens et 100.000$ de CA par mois).

Grâce à cette récente levée de fonds, la PME d’Angoulême mise désormais sur le portage de « Voyage to Fantasy » sur tablette .

 

Ce portage nécessite un redéveloppement complet (passage de Flash à Unity), une adaptation en termes de jouabilité (touch screen) et de synchronisation entre les différentes plateformes, mais représente une vraie opportunité de croissance : « être présent sur les plateformes préférées de nos joueuses (PC et mobile/tablette) permet d’améliorer la rétention des joueurs sur le jeu et donc la monétisation. La plateforme tablette permet de toucher un public différent, plus jeune, plus varié et c’est aussi une plateforme où le taux de transformation entre joueurs occasionnels et joueurs payeurs est  plus important que sur Facebook ».

 

« Voyage to Fantasy est un jeu d’objets cachés unique en son genre, explique Frédérique Doumic, PDG de la société. Ici, pas de tableaux à rejouer indéfiniment pour faire avancer l’histoire comme dans la plupart des jeux du genre, mais un objectif à atteindre, un vrai challenge à relever à chaque niveau ». Les joueurs sont invités à se dépasser, à faire travailler leur sens de l’observation, leur mémoire et leur dextérité.

L’audience est composée à 80% de femmes de 35 ans et plus. Même les plus âgées y jouent et l’utilisent comme une forme d’entrainement cérébral, le fun en plus !

 

Nestadio Capital et Kima Ventures croient profondément dans l’avenir des jeux développés par OUAT Entertainment. « Ce sont des ‘survivors’, ils sont capables d’évoluer rapidement et d’anticiper sur le devenir de leur marché. Leur expérience, leur savoir-faire et la qualité de leurs jeux ne cessent de grandir » précise Samya Glangetas, directeur d’investissement  chez Nestadio Capital.

«Les performances de leur dernier jeu Voyage to Fantasy sont remarquables, assure Jérémie Berrebi de Kima Ventures.  Ils fédèrent une vraie communauté de passionnées complètement accro à ce jeu à la fois magnifique et addictif. Son portage sur tablette prévu pour la fin 2014 devrait être un carton ! »

Télécharger
CP OUAT Entertaitnment NESTADIO CAPITAL.
Document Adobe Acrobat 841.2 KB

JUIN 2014 / Spécialiste mondial de l’animation de synthèse de visages 3D, Dynamixyz lève 450 000 € auprès de Nestadio Capital, Kima Ventures, Entrepreneurs Partners pour asseoir son leadership en Amérique du Nord

Créée en 2010 à Rennes, Dynamixyz s’est imposée rapidement sur la scène mondiale de l’animation faciale en 3D (motion capture), technologie d’analyse et de synthèse des expressions du visage 3D pour les reproduire en temps réel sur des personnages virtuels. Un secteur dans lequel 3 à 4 entreprises rivalisent au niveau mondial, dont Dynamixyz « pure challenger » grâce à la précision technologique de sa solution. Cette supériorité lui a déjà valu de signer un clip pour le rappeur Kanye West, de participer au jeu Assasin’s Creed  développé par Ubisoft Montréal et  dernièrement d’avoir pu donner du réalisme à la fillette virtuelle Sweetie de l’ONG Terre des Hommes. En levant conjointement 450 000 € auprès de Kima Ventures (Xavier Niel et Jérémie Berrebi), Nestadio Capital (Florent de Kersauson et Bertrand Bégin), Entrepreneurs Partners (Bruno Deschamps) la startup entend se déployer en Amérique du Nord.

 

Jeux vidéo, production de cinéma, télé, événements live… les personnages virtuels prolifèrent et sont dans une course au plus fort degré de réalisme. La technologie développée par la startup rennaise Dynamixyz offre une avancée de taille : sa solution logicielle permet de retranscrire en temps réel sur un personnage virtuel l’analyse 3D des expressions et mouvements du visage d’un comédien. L’animation captée (sans marqueurs) par des caméras embarquées sur un casque est simultanément retranscrite sur le visage du personnage virtuel quasiment sans post-traitements.

 

Le résultat, bluffant, offre aux personnages fictifs des mouvements et des expressions de visages parfaitement naturels et un degré de précision inégalé. La suite logicielle, simple à utiliser, permet aux studios de production de réaliser des économies de temps et de post-production significatifs. D'autres applications développées par Dynamixyz offrent de nouveaux débouchés pour la sécurité (reconnaissance faciale, analyse de comportements,…),  la formation (serious game, e-learning …) ou  le marketing interactif (cabines virtuelles, réalité augmentée …). Un potentiel de développement pesant plusieurs centaines de millions de dollars par an…

 

Des références mondiales, de Kanye West à Sweetie …

Créée en 2010, la solution de Dynamixyz a quasi immédiatement conquis de gros décideurs mondiaux, comme Ubisoft, Audiomotion, Motek, Animatrik, TOEI Digital Center…. Outre un clip pour le célèbre rappeur américain Kanye West, la technologie de la startup rennaise a été utilisée par Ubisoft Montréal pour créer certaines séquences du jeu Assasin’s Creed et par la branche néerlandaise de l’ONG Terre des Hommes pour donner tout son réalisme à Sweetie, une fillette philippine virtuelle utilisée il y a quelques semaines par l’ONG pour traquer les pédophiles dans le monde entier. Grâce à son réalisme, le personnage virtuel a illusionné 20 000 prédateurs dont plus d’un millier ont été identifiés et signalés à Interpole.

 

« Le succès de Sweetie nous fait rencontrer de plus en plus de gros donneurs d’ordre principalement basés en Amérique du Nord et cette deuxième levée de fonds est destinée à financer l’installation d’un bureau à Los Angeles, explique Gaspard Breton, président de Dynamixyz. Pour travailler sur le marché US, il est indispensable d’être sur place.»

 

A propos de DYNAMIXYZ : Fondée en 2010 à Rennes par deux chercheurs d’Orange Labs, Gaspard Breton et Olivier Aubault et un enseignant-chercheur de Supélec, Renaud Séguier, la société Dynamixyz a été lauréate dès sa création du concours du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. En 2012, elle a gagné les concours internationaux IEEE FERA et SSPNET aux côtés de Supélec et de l'Isir et signe ses premières références : Ubisoft, Audiomotion, Motek, Animatrik, IO Interactive, …  En 2014, elle emploie une dizaine de personnes, à Rennes (siège social) et en amérique du Nord (bureau détaché à Vancouver). www.dynamixyz.com

 

VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=ad6QVT-PG_E

 

Télécharger
CP Dynamixyz NESTADIO CAPITAL.pdf
Document Adobe Acrobat 1.0 MB

Autres communiqués...

Télécharger
Janvier 2014
Nestadio Capital allié à Kima Ventures investit dans la startup Sillage qui a développé une solution Marketing 3.0 générant des pages web personnalisées en quelques millisecondes
CP Sillage - Nestadio Capital.pdf
Document Adobe Acrobat 916.1 KB
Télécharger
Octobre 2013
Nestadio Capital : réductions IR et ISF jusqu'au 31/12/2013
CP_Reduction_IR_2013_VCR.pdf
Document Adobe Acrobat 118.5 KB
Télécharger
Octobre 2013
Gestion de catalogues produits : Akeneo lance une solution en open source
CP_Akeneo_presse_pro_distrib-startupOKCR
Document Adobe Acrobat 727.9 KB
Télécharger
Septembre 2013
Fitnext, le site de remise en forme d'Erwann Menthéour, lève 750.000 euros
CP_Fitnext_9_sept_2013.pdf
Document Adobe Acrobat 318.5 KB
Télécharger
Juillet 2013
Vectrawave, concepteur de composants dédiés à la fibre optique et aux télécoms, lève 1 M € et fait entrer Nestadio Capital à son tour de table
Vectrawave_juin2013_VD.pdf
Document Adobe Acrobat 135.4 KB
Télécharger
Avril 2013
Nestadio Capital propose deux nouveaux Fonds investis à 60 et à 100 % dans les PME permettant de déduire jusqu’à 50% de sa souscription de l’ISF à régler en 2013
CP ISF 2013 VD.pdf
Document Adobe Acrobat 87.2 KB
Télécharger
Mars 2013
Nestadio Capital et Sodéro Gestion soutiennent la transmission de la PME nantaise Soliso Technologies (négoce et découpe de produits d’isolation)
CP_soliso.pdf
Document Adobe Acrobat 88.8 KB
Télécharger
Mars 2013
Navtis, spécialiste de la réparation navale
CP_Navtis.pdf
Document Adobe Acrobat 223.9 KB
Télécharger
Février 2013
CodinGame lève 450 000 € auprès de ténors du logiciel
CP_levee_de_fonds_codingame.pdf
Document Adobe Acrobat 355.6 KB
Télécharger
Janvier 2013
SODICOME inaugure son nouveau centre de traitements des DASRI.
Communique_de_presse_Sodicome.pdf
Document Adobe Acrobat 87.3 KB
Télécharger
Octobre 2012
Plan Me Up, la start-up des sorties en France, réalise sa première levée de fonds
CP_levee2012_VF-v4.pdf
Document Adobe Acrobat 67.5 KB
Télécharger
Octobre 2012
Nestadio Capital propose deux Fonds à fortes spécificités investis à 100 % dans les PME
CP nouveaux fonds IR ISF 2012.pdf
Document Adobe Acrobat 91.5 KB
Télécharger
Octobre 2012
e-Colibri, solution technique et logicielle innovante de gestion de parcs automobiles en libre-service, vient de boucler sa deuxième levée de fonds
CP_e-colibri_VD.pdf
Document Adobe Acrobat 66.5 KB
Télécharger
Juin 2012
Nestadio Capital lance dans la Silicon Valley Zgarage, 1er accélérateur facilitant l’accès des startups européennes au marché américain
CP Zgarage.pdf
Document Adobe Acrobat 373.1 KB
Télécharger
Mai 2012
Nestadio Capital a investi dans TazTag, PME rennaise leader de la technologie du « sans contact »
CP TazTag.pdf
Document Adobe Acrobat 81.1 KB
Télécharger
Mai 2012
Nestadio Capital lance un FIP et un FCPI thématique investis à 100 % dans les PME ouvrant droit à 50 % de réduction sur l’ISF 2012
CP_nouveaux_fonds_ISF_2012.pdf
Document Adobe Acrobat 78.3 KB
Télécharger
Avril 2012
Nestadio Capital investit dans MS3D, spécialiste du contrôle géométrique 3D sur les lignes de production
CP MS3D.pdf
Document Adobe Acrobat 79.3 KB
Télécharger
Novembre 2011
Nestadio Capital investit dans Medgicgroup, concepteur et exploitant d’un logiciel pour maisons de retraite
CP-Medgic-final.pdf
Document Adobe Acrobat 74.7 KB
Télécharger
Octobre 2011
Mise en route de deux importants projets photovoltaïques portés par deux agriculteurs-entrepreneurs épaulés par Nestadio Capital
CP_photovoltaique.pdf
Document Adobe Acrobat 2.9 MB
Télécharger
Septembre 2011
Nestadio Capital prend une participation dans D-CARTE, entreprise bretonne ayant inventé le VIDEOPAPER
CP_nestadio_d-carte.pdf
Document Adobe Acrobat 439.1 KB
Télécharger
Juin 2011
Nestadio Capital soutient I-Dispo, première plateforme de prise de rendez-vous en ligne
CP_ I_DISPO_INCR_BAT.pdf
Document Adobe Acrobat 21.6 KB
Télécharger
Juin 2011
Nestadio Capital entre au capital d'Antvoice, premier éditeur français d'applications Facebook
CP Antvoice.pdf
Document Adobe Acrobat 206.1 KB
Télécharger
Avril 2011
Nestadio Capital soutient Vitry, leader des accessoires de manucure haut de gamme
COMMUNIQUE_DE_PRESSE_VITRY_BAT.pdf
Document Adobe Acrobat 79.5 KB
Télécharger
Novembre 2010
Didier Corpet, dirigeant de ETI et TCEM, est soutenu par Nestadio Capital
Orphea.pdf
Document Adobe Acrobat 168.1 KB
Télécharger
Septembre 2010
Ouverture à la souscription des FIP Nestadio Croissance et des FCPI Nestadio Tech Fund
Ouverture à la souscription des FIP Nest
Document Adobe Acrobat 206.8 KB
Télécharger
Avril 2010
Nestadio Capital entre au capital de City Roul’, gestionnaire de véhicules en auto-partage à Rennes
Nestadio Capital entre au capital de Cit
Document Adobe Acrobat 93.9 KB
Télécharger
Mars 2010
L’appli anti-ISF de Nestadio Capital arrive sur Apple Store
L’appli anti-ISF de Nestadio Capital arr
Document Adobe Acrobat 155.9 KB
Télécharger
Décembre 2009
Nestadio Capital et Galia Gestion entrent au capital de OUAT Entertainment
Nestadio Capital et Galia Gestion entren
Document Adobe Acrobat 92.9 KB
Télécharger
Novembre 2009
Les nouveaux FIP Nestadio Croissance IX et X sont ouverts à la souscription
Les nouveaux FIP Nestadio Croissance ouv
Document Adobe Acrobat 88.7 KB
Télécharger
Octobre 2009
Nestadio Capital prend une participation dans Buffard
Nestadio Capital prend une participation
Document Adobe Acrobat 10.6 KB